L’impression 3D, un coup de pouce aux collectionneurs automobiles

Avec Gryp 3D, Bastien Vanlathem et Gauthier Laviron ont eu une idée de génie : imprimer des pièces mécaniques pour voitures de collection. Mais sans réel contrôle sur leur stratégie numérique, les deux pilotes automobiles ont perdu un peu de temps en route. Grâce à leur savoir-faire et au coup de pouce de Google, Gryp 3D aborde la reprise économique avec sérénité.

“Nous avons commencé à deux avec une imprimante dans la chambre d’amis des parents de Gauthier”, rit Bastien Vanlathem, à la tête de Gryp 3D. “Aujourd’hui, nous avons six collaborateurs et sept machines dans nos locaux de 150 m² à Mérignac (petite commune de la banlieue ouest de Bordeaux, ndlr)”. À 29 et 28 ans, Bastien et son associé Gauthier Laviron ont le même âge que leurs voitures de collection. Ils auraient d’ailleurs pu se rencontrer sur un circuit automobile près de Bordeaux. Mais les deux entrepreneurs bordelais se sont liés d’amitié loin des habitacles, sur les bancs de l’IAE Bordeaux en 2016. Un an plus tard, ils franchissent un cap en lançant leur entreprise qui propose des solutions d’impression 3D de pièces mécaniques à destination des collectionneurs : “Gauthier travaillait sur sa voiture et il peinait à trouver des pièces de rechange sur Internet, se souvient Bastien. Et à l’époque, on commençait à parler de plus en plus des applications des modélisations 3D dans l’industrie. Cela nous a donné des idées”. Trois ans après son lancement, Gryp 3D permet aujourd’hui de produire des pièces moteur et décoration en ABS, - la matière plastique de prédilection pour l’impression 3D. “C’est un matériau intéressant parce qu’il répond aux mêmes contraintes de résistance que les pièces originales, explique le passionné. Certaines pièces rares d’origine peuvent devenir hors de prix. Grâce à l’impression 3D, nous pouvons produire sur commande et à moitié prix.”

Un virage numérique nécessaire

Mais aussi poussée que soit l’expertise en matière industrielle des deux collectionneurs, elle ne suffit plus à garantir la pérennité de leur entreprise à l’heure du tout numérique. “Pour ce qui est des connaissances informatiques, c’était plus compliqué, confie Bastien Vanlathem. Je connaissais le terme SEO (Search Engine Optimisation, une optimisation pour les moteurs de recherche, ndlr), mais c’est à peu près tout.” Quand la crise sanitaire bouscule le marché, les lacunes de la stratégie numérique de Gryp 3D se font particulièrement ressentir : “Le trafic sur notre site internet n’était pas à la hauteur de nos espérances”, constate alors l’imprimeur qui perd de potentiels clients. Son associé et lui-même sont décidés à apprendre les logiques qui sous-tendent ce pan crucial de leur activité. Ils ont donc suivi un volet de formations au numérique proposé par Unitec, un partenaire des Ateliers Numériques de Google : “L’avenir était trop incertain, et puis on ne se refait pas : on veut comprendre comment les choses fonctionnent. Si nous devons recruter une personne dans le domaine numérique ou prendre des décisions, il faut que nous puissions cerner les grandes lignes de sa mission.”

En six séances, Bastien et Gauthier se familiarisent avec Google Analytics : “C’est un outil vraiment puissant pour peu qu’on sache l’utiliser. En tant qu’entrepreneur nous avons toujours peur que la stratégie numérique nous coûte cher, mais Google Analytics et Google My Business sont gratuits. Nous avons pu identifier les causes des variations de fréquentation sur notre site, et donc mettre en place un plan d’action en fonction. Cela nous a également permis de définir des budgets pour sponsoriser des annonces en ligne.” Après six mois de formation, les fondateurs de Gryp 3D ont pu cibler leur principal point faible : “Quand les collectionneurs ont un souci avec leur voiture, ils cherchent des pièces de rechange sur Google Images. Ils commencent par renseigner le modèle de leur voiture et le type de pièce, puis la référence exacte du produit. Notre site n’apparaissait jamais sur la première page de recherche parce que nous ne légendions pas les photos avec ces informations. La non-maîtrise des métadonnées nous rendait invisibles." Contrat rempli pour leur coach des Ateliers Numériques de Google, Fabien : “Bastien et Gauthier devaient réussir à identifier les bons mots clés pour optimiser le référencement de leur site. Je les ai aiguillés, mais il était primordial qu’ils restent maîtres de leur stratégie”, détaille-t-il. Il a également revu avec les deux imprimeurs l’architecture de leur site web, et leur a présenté des outils d’analyse du comportement des utilisateurs en ligne : “Ces astuces, couplées à Google Analytics, ont permis en quelques mois de passer de 15 000 à 50 000 visites uniques sur notre site. Les commandes de pièces ont plus que doublé”, se félicite Bastien Vanlathem.

Une expertise au service des autres

Par ailleurs, Gryp 3D a mis gratuitement ses imprimantes à la disposition du CHU de Bordeaux lors de la crise sanitaire, notamment pour produire des valves de Boussignac, outil indispensable en réanimation. L'entreprise a également pu produire 6 000 visières pour les hôpitaux de France, les EHPAD et l’armée. “Nous avons eu à cœur d’aider notre prochain et de nous mettre au service des autres. Cela nous a permis de continuer à nous lever tous les matins pour travailler”, se félicite Bastien Vanlathem. Il prépare aujourd’hui sa sortie de crise : “Nous avons des objectifs assez ambitieux en termes de chiffre d’affaires. Mais grâce au développement de la stratégie numérique que nous voulons mettre en place, je suis certain que nous allons vite y arriver”, conclut-il.

Nous avons des objectifs assez ambitieux en termes de chiffre d’affaires. Mais grâce au développement de la stratégie numérique que nous voulons mettre en place, je suis certain que nous allons vite y arriver

Bastien, Co-fondateur, Gryp 3D

Lieu

Bordeaux, France

Filtre

Découvrir d'autres histoires

Le gîte des Courtines

Les Courtines : gîte avec vues

Mabagnol

Mabagnol: comment réinventer le garage classique ?